Augmentation des coûts de communication au Bénin Prince Boris Aké du PVB souhaite la démission de deux ministres

Augmentation des coûts de communication au Bénin Prince Boris Aké du PVB souhaite la démission de deux ministres

Les taxes sur communication sont de retour. Depuis quelques jours les abonnés des réseaux de téléphonie mobile paient chers les forfaits internet ou appels avant d’effectuer leurs opérations. Face à cette situation, le Parti Vert du Bénin dirigé par Prince Boris Aké s’indigne et lance un appel à mobilisation nationale pour la démission de certaines autorités et le retour à la normale des choses. Le PVB a montré sa colère par un communiqué de presse rendu publique ce lundi 10 décembre 2018.

Possible recommencement du mouvement « taxe pas mes MO». Mais avant, c’est le Parti Vert du Bénin (PVB) qui prend l’initiative d’une forte mobilisation. Selon les dernières mesures dites d’encadrement prises par l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP), les opérateurs GSM ont défini de nouvelles grilles tarifaires drastiques et les ont mises en vigueur illico presto. Pourtant, le 22 septembre 2018, après une vive protestation, le gouvernement avait abrogé le décret portant taxation des réseaux sociaux et appels au Bénin. « On se rend à présent compte que ce n’était que de la pure rouerie ayant permis au gouvernement de reculer pour mieux bondir sur son peuple qu’il est censé protéger », regrette le PVB dans ledit communiqué de presse. Pour le Parti, le pouvoir d’achat des populations est faible, le taux de chômage bat tous les records et la jeunesse s’active périlleusement à faire tourner ses entreprises grâce à internet. Au vu de ces constats,il est inadmissible que l’accès à internet ne soit à la portée de tous et l’appel téléphonique ne favorise le bas-peuple, selon Prince Boris Aké et ses militants. « La dague de la taxation est abjecte, horripilante,disproportionnée, inique, anti-développement et inacceptable », ont-ils qualifiée cette flambée des taxes sur communication. 

Le Parti Vert du Bénin s’insurge avec véhémence contre la mesure et il y voit une énième tentative de restriction des libertés, de musèlement de la jeunesse et de spoliation orchestrés en complicité active avec l’ARCEP, MOOV et MTN. C’est pourquoi le PVB réclame entre autres, l’abrogation pure et simple des nouvelles taxes sur communication au Bénin, la revue à la baisse des anciens tarifs pour augmenter l’accessibilité à internet,l’amélioration nette de la qualité de la communication, l’autorisation d’implantation de nouvelles sociétés GSM pour une concurrence au profit des consommateurs. Il souhaite également la démission de la ministre de la communication, Aurélie Adam, la démission du ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni, la dissolution de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP).

Pour arriver à bout de cette lutte, Prince Boris Aké et les militants du PVB invitent les associations de défense des droits des consommateurs, les structures de la jeunesse, les partis politiques, les syndicats et tous les consommateurs épris d’équité à se joindre à eux pour une série de manifestations d’envergure nationale.

Bertin DOKO

Lire le communiqué

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PARTI VERT DU BÉNIN (PVB)

A PROPOS DE LA FLAMBÉE DES COÛTS DE COMMUNICATION

Depuis quelques jours,les abonnés des réseaux de téléphonie mobile sont confrontés au retour en force des taxes sur leur consommation. En effet, pour se conformer aux dernières mesures dites d’encadrement prises par l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP), les opérateurs GSM ont défini de nouvelles grilles tarifaires drastiques et les ont mises en vigueur ipso facto. Pourtant, le 22 septembre 2018, après une vive protestation, le gouvernement avait abrogé le décret portant taxation des réseaux sociaux et appels au Bénin. On se rend à présent compte que ce n’était que de la pure rouerie ayant permis au gouvernement de reculer pour mieux bondir sur son peuple qu’il est censé protéger.

Dans un pays où le pouvoir d’achat des populations est si faible, où le taux de chômage bat tous les records, où la jeunesse digne s’active périlleusement à faire tourner ses entreprises grâce à internet ; la dague de la taxation est abjecte,horripilante, disproportionnée, inique, anti-développement et inacceptable.

Le PARTI VERT DU BENIN s’insurge avec véhémence contre une telle mesure, il y voit une énième tentative de restriction des libertés, de musèlement de la jeunesse et de spoliation orchestrés en complicité active avec l’ARCEP, MOOV et MTN. Le PVB invite en conséquence les associations de défense des droits des consommateurs,les structures de la jeunesse, les partis politiques, les syndicats et tous les consommateurs épris d’équité à se joindre à lui pour une série de manifestations d’envergure nationale, un mouvement d’ensemble afin de réclamer :

-l’abrogation pure et simple des nouvelles taxes sur communication au Bénin,

-la revue à la baisse des anciens tarifs pour augmenter l’accessibilité à internet,

-l’amélioration nette de la qualité de la communication,

-l’autorisation d’implantation de nouvelles sociétés GSM pour une concurrence au profit des consommateurs,

– des mesures urgentes de la part du gouvernement pour lutter contre la cherté de la vie,

-l’arrêt immédiat de la prolifération des taxes,

-la démission de la ministre de la communication, Aurélie Adam,

-la démission du ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni,

-la dissolution de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP).

Fait à Cotonou, le 10 décembre 2018,

Le Président,

Prince Boris AKE

6 pensées sur “Augmentation des coûts de communication au Bénin Prince Boris Aké du PVB souhaite la démission de deux ministres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 12 =