Bénin – Législative 2019 : 24ème circonscription électorale, quel casting pour la jeunesse unie pour relève (JUR) ?

Bénin – Législative 2019 : 24èmecirconscription électorale, quel casting pour la jeunesse unie pour relève (JUR) ?

 

Les prochaines joutes électorales s’approchent et les différents camps politiques affûtent leurs armes. Mais force est de constater que le mouvement politique la  »Jeunesse unie pour la relève » (Jur) traîne les pas et se mue dans un silence depuis son officialisation dans la 24ème circonscription électorale. Bientôt trois mois sans la moindre prise de position sur les derniers développements de l’actualité qui retiennent l’attention des béninois en général et des politiques en particuliers.

 

Annoncer pour sonner le glas de la division entre les jeunes de la 24ème circonscription électorale, le mouvement politique « la jeunesse unie pour la relève » créé le 30 juin 2018 peine à faire connaître ses motivations sur la scène politique. C’est ce que l’on pourrait tirer comme conclusion. Ses ambitions se sont-elles estompées ?  La Jur n’est que l’ombre d’elle-même ? Autant d’interrogation qui suscite un commentaire de la rédaction de Icône Tv.

 

Des informations glanées çà et là, cette association de jeunes a dû mal à opérer un choix face aux opportunités qui s’offre à elle. Dans la mouvance présidentielle, les réformes en cours sur le système partisan accouchent déjà de grands blocs de partis politiques constitués pour la cause du président Patrice Talon. Le bloc progressiste, la dynamique unitaire, l’union nationale démocrates…sont portés par leurs ex-ainés politiques. Députés du Bmp, conseillers politiques et proches du chef de l’Etat sont les têtes d’affiches de ces regroupements dans la 24ème circonscription électorale.  Se soumettre à ces vieux routiniers est n’est pas du goût de de ces jeunes. Ils ne voudront jamais être relégué au second plan sur les listes de candidature. La  »Jur » souhaite un bon positionnement pour être à l’abri d’un échec de  son leader, candidat dudit mouvement. Ce qui parait impossible dans chaque état-major consulté.

 

L’opposition ?

 

La jeunesse unie pour la relève est la risée des grosses pointures politiques depuis sa création même dans le camp de l’opposition. L’alliance Fcbe devenir parti politique à l’orée de la réforme sur le système partisan et l’Usl du roi de la volaille sont également présents dans la 24ème. Le premier est porté par un député de la minorité parlementaire et l’autre par un ex-député et promoteur d’un organe de presse.  La Jur pourrait se sentir heureuse si elle trouvait refuge ici avec un scénario très peu différent de la mouvance. S’il s’avérait que ces deux partis de l’opposition constituent un bloc pour les législatives, la Jur et son candidat n’auront pas la chance de s’en sortir. Alors que dans la configuration actuelle de l’opposition, la Jur peut négocier et conduire l’une des barques et sortir son épingle du jeu et apporter du souffle à l’opposition. Mais les réalités politiques sont tout autre. La tâche sera difficile quand on sait que l’homme de Zogbodomey est le seul leader politique dans la 24ème circonscription à être encore dans le cercle restreint de la vague bleu. Avoir la bannière de Usl pour les élections dans la circonscription électorale et surcroît être en tête de peloton sans sa bénédiction ne serait qu’illusion. Cette bénédiction est d’ailleurs impossible. Mais la politique c’est les rapports de forces et nul ne doute aujourd’hui de la force que constitue la  »Jur ». L’une des raisons qui fait courir les leaders actuels qui ont vu leur cote de popularité baissé depuis que le nom de la JUR résonne dans les cinq communes.

 

Et si la  »Jur » s’appuyait sur ses propres moyens ?

 

Elle compte assez de jeunes et prêts à aller au charbon. Malheureusement la  »Jur » ne pourra pas répondre aux exigences du nouveau code électoral adopté par le parlement il y a quelque jour. Le militantisme dont prônent les partis politiques n’existe pas. Aucun parti politique est autonome financièrement. Les cas sont légions. Il sera sans doute impossible de rivaliser dans le contexte actuel avec ces expérimentés de la politique.

Mais le jeu ici en vaut la chandelle.

Et qui ne risque rien n’a rien, dit-on.

 

Enali A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 4 =