Polémique autour du budget 2019 de l’Assemblée nationale

L’honorable  Aké Natondé  invite les députés à serrer la ceinture comme le peuple béninois.

Les députés de la 7ème législature se sont réunis pour la troisième fois ce jeudi 20 septembre 2018 pour le vote de leur budget au titre de l’année 2019. Malheureusement les questeurs de l’Assemblée Nationale et le ministre des finances n’ont pu s’entendre. C’est dans cette dichotomie que le député Aké Natondé, membre du Bloc de la majorité parlementaire (BMP) a invité les uns et les autres au calme et surtout les questeurs à comprendre les réformes du président Talon.

« L’Assemblée nationale doit vivre au rythme du peuple béninois ». Telle est la remarque importante faite par le député Aké Natondé lors de sa prise de parole au palais des gouverneurs ce jeudi 20 septembre 2018. Les députés ne s’entendaient pas sur leur budget 2019. Les questeurs proposent 27 milliards de FCFA pour ce budget de transition, mais les observations du ministre des finances Romuald Wadagni sont inadéquations. Et pour cause, le gouvernement a déjà adopté son projet de budget 2019. Considérer les 27 milliards de FCFA augmenterait un peu plus le budget de l’Etat exercice 2019. Selon le président du Cds-Finagnon, Aké Natondé, les calculs du ministre des finances donnent déjà une hausse à plus de 1 milliards de FCFA sur le budget de l’Assemblée Nationale. Il s’indigne ainsi contre les questeurs et les invite à la compréhension. « Nos questeurs doivent être en permanence en discussion avec le Ministère des finances pour savoir quelles sont les possibilités qui s’offrent au Parlement cette année. Si on demande au peuple de serrer la ceinture, mais nous en tant que les représentants du peuple, nous devons plus serrer la ceinture pour donner l’exemple à notre peuple », a fait observer l’honorable à ses collègues. Aké Natondé a également souligné que le budget de l’Assemblée Nationale doit se faire en connivence avec celui du gouvernement sans tenir forcément compte de la notion d’autonomie financière du parlement. Dans les réformes du gouvernement de la rupture et du nouveau départ, le président Patrice Talon prône côté économie, l’amaigrissement des dépenses publiques. Par conséquent, l’Assemblée Nationale doit changer de cadence. C’est dans cet ordre d’idée que le député Aké Natondé, pense qu’il est important que la complicité prônée par le passé puisse continuer aujourd’hui entre les institutions de l’Etat.

Les députés se réunissent pour la quatrième fois ce vendredi 21 septembre 2018 en vue de trouver un terrain d’entente sur le vote de leur budget 2019. Au cas contraire, les prochains jours devront donner suite à la décision finale prise par le ministre des finances et les questeurs de l’Assemblée Nationale.

Bertin DOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 + 21 =