Port de Cotonou : Probable licenciement massif des agents, le Syntrapac met en garde la hiérarchie

Port de Cotonou : Probable licenciement massif des agents, le Syntrapac met en garde la hiérarchie

Le torchon s’apprête à brûler entre employeurs et employés du Port. C’est du moins le constat qui se dessine. Le sit-in de ce mercredi matin, 28 novembre 2018, en est le début d’un mouvement d’humeur dans la grande maison fiscale du Bénin. Les travailleurs du Port Autonome de Cotonou et leur syndicat SYNTRAPAC étaient en Assemblée Générale Extraordinaire. Objectif : exposer le problème de licenciement massif en projet dans la société portuaire. Pour eux, il n’y a pas de raison valable pour un licenciement à l’heure actuelle malgré leur soutien aux réformes en cours dans l’entreprise.

La direction générale veut congédier certains travailleurs du port pour un présumé de contre-productivité. Un projet désapprouvé par le Syndicat des Travailleurs du Port Autonome de Cotonou (SYNTRAPAC). Ils ont exprimé leur mécontentement à travers un sit-in organisé ce mercredi 28 novembre 2018 dans l’enceinte de la direction générale. Banderoles rouges au front, ces travailleurs disent non à un probable départ forcé de certains des leurs. D’après vérification des rumeurs par le syndicat auprès de la direction générale, c’est effectif qu’un tel plan soit en cours de mis en œuvre. « Nous accompagnons les réformes du chef de l’État dans le port. Il n’y a pas de raison valable pour un licenciement à l’heure actuelle. Licencier des agents du port à la veille des Législatives est une autre question », a fait constater le Secrétaire Général du Syntrapac, Urbain Kanlinsou. Il a par ailleurs rappelé que le chef de l’État avait rencontré le 21 novembre 2017 les agents du port pour leur expliquer le bien fondé des nouvelles réformes. Selon lui, le président Patrice Talon les avait rassuré que le volet social serait préservé et amélioré. « Mais voilà un an après, on parle de licenciement », a-t-il regretté.

Le sit-in a été soutenu par d’autres syndicats comme la Cstb (Confédération Syndicale des travailleurs du Benin). Le Secrétaire Général était représenté par le trésorier Asséréou Brice Agossou. Pour lui, leSyntrapac n’est seul pour la lutte. « Les agents de Libercom sont à la maison. Bientôt se sera le tour de la Soneb, Bénin Télécom, SBEE » a-t-il prévenu avant d’inviter tous les syndicats à l’union pour une lutte commune.

Hormis le dialogue qui est privilégié pour le moment,aucune stratégie n’a été annoncée. Mais si les choses tournent au vinaigre, les agents du port Autonome de Cotonou se disent prêts à marcher sur la présidence pour se faire entendre.

Bertin DOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 17 =