Réligion – Groupement des Frères en Christ : Jean AGOUNKPE, 40 ans de prédication du Christ crucifié !

Réligion – Groupement des Frères en Christ : Jean AGOUNKPE, 40 ans de prédication du Christ crucifié !

Âgé de 83 ans, Pasteur Fondateur du Groupement des Frères en Christ (GFC), une église aux enseignements très particuliers, Jean Gounkpanian AGOUNKPE prône l’adoration de Dieu en esprit et en vérité. Pour lui, la séquence biblique « Au commencement était la parole  » doit être la base de toute foi, car comme il le dit si bien « Au commencement n’était pas les cérémonies religieuses et l’obéissance vaut mieux que le sacrifice « . Une fois entamé son évangélisation ainsi un matin de l’année 1978, personne ne comprenait sa démarche et d’où il tirait ce point de vue simpliste de l’adoration de Dieu encore que l’homme était né dans l’animisme. 

Tout a changé lorsque Jean AGOUNKPE a perdu successivement ses sept (07) enfants malgré sa dévotion au vodoun, et dans la quête d’une nouvelle voie de salut, il tomba dans la famille chrétienne.

Alors tout changea pour Jean un soir de 1978 où il fit un songe sur les mystères de la croix.

Depuis 40 ans, le Pasteur Jean AGOUNKPE annonce cette évangile, pas sans difficultés mais surtout avec détermination. Au début de son ministère, il fût confronté, comme c’est généralement le cas, à des railleries,à des persécutions, à l’isolement. Mais aujourd’hui, des milliers reçoivent avec foi, par divers canaux, le message de rédemption, du baptême du Saint-Esprit. Ils connaissent la vraie prière, le vrai jeûne auquel Dieu prend plaisir, la vraie communion, le vrai baptême et sont en connexion directe avec Dieu.

de Christ AGOSSOU

Le parcours

A 83 ans Jean Gounkpanian AGOUNKPE est Pasteur Fondateur du Groupement des Frères en Christ (GFC), une église dont l’enseignement ne s’aligne pas sur celui des autres églises. Selon la vision accordée à Jean AGOUNKPE, l’adoration de Dieu telle que faite actuellement dans plusieurs églises est visible, physique et palpable ; il est fait de symboles et de représentations alors que « Dieu est esprit et tous ceux qui l’adorent doivent l’adorer en esprit et en vérité ». Ce matin de l’année 1978, ses proches et ses fidèles de l’Église du Christianisme Céleste se sont inquiétés de sa santé mentale quand il décida de célébrer le culte du dimanche en annonçant la parole rien que la parole laissant de côté toutes les autres pratiques religieuses impliquant des rituels. « Au commencement était la parole…la Parole était Dieu. Toutes choses ont été faites par la parole, et rien n’a été fait sans la parole. Au commencement n’étaient pas les cérémonies religieuses et l’obéissance vaut mieux que le sacrifice », rappela-t-il en se référant aux saintes écritures. Personne ne comprenait sa démarche ni d’où il tirait ce point de vue simpliste de l’adoration de Dieu. À l’époque, (et même encore aujourd’hui), les chrétiens dormaient plusieurs jours sur les paroisses pour chercher la face de Dieu. Les nouveaux convertis raffolaient des cérémonies religieuses qui comblaient le vide des pratiques abandonnées du vodoun. Les premiers missionnaires chrétiens n’avaient-il pas dit que les africains ne croient que quand ils voient une représentation, une statue, un objet béni ou des gestes évocateurs ? Mais Jean Agounkpé fut appelé par Dieu pour prêcher la nouvelle adoration, celle qui se fait en esprit et en vérité à partir de la parole rien que la parole.

Comment été possible un tel appel pour un enfant né dans l’animisme, privé de scolarité, arraché à sa famille pour être initié et élevé au couvant vodoun dès l’âge de 11 ans ? Jean Agounkpé fit son entrée dans la famille chrétienne suite aux décès successifs de ses enfants, sept (7) au total malgré sa dévotion pour le vodoun. Des événements qui ont bouleversé sa vie et l’ont amené à chercher une autre voie de salut, celle de Dieu vivant.Mais quand il faisait son entrée dans la famille chrétienne, Jean Agounkpé ignorait qu’il était un instrument que Dieu a choisi utiliser pour le salut des âmes. Dès son entrée chez les ‘’Célestes’’ en 1975, il fut très apprécié du chef mondial Joseph OSHOFFA. Il gravit très vite les échelons. Du rôle principal de Holly (visionnaire), il fut assistant leader, leader, sénior leader…

Tout devrait changer pour lui un soir de 1978 où il fit un songe qui le porta dans une situation d’apprentissage de la bible. Un messager de Dieu lui apparut régulièrement pendant deux (2) ans et lui révéla les mystères de la croix ; ce qui convient de connaitre de la mort de Jésus-Christ sur la croix : la signification de l’eau et du sang sortis du côté de Jésus ; la rédemption ; le baptême du Saint-Esprit ; le point de démarcation entre l’ancienne alliance et la nouvelle alliance ; comment comprendre la bible; la nouvelle adoration ; etc. (conf. son livre « A la découverte de la Bible»). La bonne nouvelle pour lequel Dieu l’avait désigné se résume en ce qui suit.

Quand Jésus-Christ fut crucifié, « un des soldats lui perça le côté avec sa lance et aussitôt, il sortit du sang et de l’eau » (jean 19 : 34). Le sang et l’eau de Jésus ont en effet servi à instaurer une nouvelle alliance entre Dieu et les hommes. L’ancienne alliance ayant été elle aussi instaurée entre Dieu et le peuple d’Israël avec du sang et de l’eau (hébreux 9: 19). Mais cette ancienne alliance, n’a pu sauver les hommes car le sang des animaux et l’eau des rivières donnaient toujours au peuple le sentiment d’impureté. Les sacrifices repris chaque année étant devenus très contraignants, Dieu fit la promesse de faire à travers Jésus (agneau sans tâche) un sacrifice unique non seulement pour le peuple d’Israël mais aussi pour tous les hommes. Il fit clairement dans Ézéchiel 36.25, la promesse d’une eau pure qu’il versera sur toute chair et qui lavera de toute souillures. C’est cette eau pure qui est sortie du flanc de Jésus sur la croix.

En réalité, le sang a servi de sacrifice pour le pardon de nos péchés. Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon. Le sang de Jésus remplace une fois pour toute le sang des animaux sacrifiés dans l’ancienne alliance. L’eau quant elle, remplace l’eau terrestre. Elle nous a servi de baptême et nous donne la nouvelle naissance. Jésus l’a dit à Nicodème.« Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu » (Jean 3.5). Le jour de Pentecôte l’Esprit descendra sur toute chair en complément de l’eau de la nouvelle naissance. C’est cela le baptême du Saint-Esprit ou le baptême de régénération à ne pas confondre avec le baptême d’eau de Jean-Baptiste qui n’est qu’un baptême de repentance dont le rôle est de montrer le Messie c’est à dire Christ qui baptisera de feu et d’esprit. «Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit ». Ces paroles de Jésus dans Actes 1 : 5, montrent qu’il n’y a pas de rédemption et de croissance spirituelle possibles sans le baptême du Saint-Esprit. Dès que nous acceptons le baptême du Saint-Esprit nous recevons la marque et les dons de l’Esprit qui nous rendent capables d’adorer Dieu en esprit et en vérité et non à travers les cérémonies religieuses. Voilà la bonne nouvelle que Christ a ordonné Jean Agounkpé d’apporter aux peuples.

Depuis 40 ans le Pasteur Jean Agounkpé annonce cet évangile non sans difficultés mais avec beaucoup de détermination. Au début de son ministère il fut confronté à des railleries, à de la persécution, à l’isolement, mais aujourd’hui des milliers de personnes reçoivent avec foi, par divers canaux, le message de rédemption, du baptême du Saint-Esprit. Ils connaissent la vraie prière, le vrai jeûne auquel Dieu prend plaisir, la vraie communion, le vrai baptême et sont en connexion directe avec Dieu.

Tout ceci n’est que actions de grâce à l’endroit de l’Éternel. Merci Seigneur pour ces 40 ans de l’évangile de l’eau et du sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 26 =